Arnaud Pierre, premier lauréat du prix Jean-Philippe Luis...

Le jury du Prix Jeunes Chercheurs Jean-Philippe Luis s’est réuni le 9 juin 2022. Pour sa première édition, le Prix Jeunes Chercheurs Jean-Philippe Luis, soutenu par l'UCA, le CNRS et le RnMSH, présidé par Philippe Bourdin, a été décerné à Arnaud Pierre pour son manuscrit intitulé « La concession de titres de Castille en Espagne dans la première moitié du XIXe siècle (1808-1854). Révolution et renouvellement des élites ». Ce manuscrit est, à l’origine, une thèse sous la direction de Jean-Philippe Luis, puis de Louis Hincker, qui a été soutenue à l’UCA le 10 décembre 2021.

En savoir plus sur le Prix Jeunes Chercheurs Jean-Philippe Luis...


Le lauréat

Arnaud Pierre est Docteur en histoire à l’UCA, agrégé d’histoire, diplômé de l’IEP de Rennes. Il a obtenu, en 2017, une bourse d’un mois de la Casa de Velazquez. Il est actuellement ATER à l’Université de Poitiers.

Résumé du manuscrit

Cet ouvrage vise à étudier un groupe et un processus. Le groupe est celui des 265 individus qui ont obtenu un titre nobiliaire, un titre de Castille entre 1808 (invasion napoléonienne et effondrement de la Monarchie espagnole d’Ancien Régime) et 1854 (révolution libérale durant laquelle l’idée républicaine fut au moins partiellement envisagée). Il s’agit d’un groupe relativement restreint mais d’ampleur nationale, représentant le sommet de la hiérarchie sociale d’Ancien Régime, que nous étudions suivant les méthodes prosopographiques. Il parvint à conserver une bonne partie de son prestige dans la société libérale émergeant progressivement des convulsions politiques de la période, au prix d’une croissante perte de sens. Le processus est celui de la concession, droit du monarque, qui n’y renonça jamais, et qui est le résultat d’un dialogue entre ce dernier et ces élites. Au cours de la période étudiée, s’il y eut toujours un dialogue entre Couronne et élites, ses modalités évoluèrent grandement.
Le titre d’Ancien Régime était le plus souvent le couronnement de l’ascension sociale d’une famille dans un contexte local. Le reste des élites locales du lieu acceptait de témoigner en faveur du demandeur lors de la procédure qui s’achevait par la sanction royale. Mais l’avènement de la modernité politique, et les luttes idéologiques que cette dernière entraîna, provoqua la transformation du processus de concession en outil de consolidation idéologique du pouvoir aux mains du roi ou de qui le contrôlait. Ferdinand VII finit par ne concéder de titres que sous réserve d’une démonstration d’adhésion à l’absolutisme, en paroles ou en actes, puis à qui reconnaissait sa fille Isabelle comme devant lui succéder. Après lui, Marie-Christine de Bourbon et Isabelle II firent de même, récompensant majoritairement des individus idéologiquement proches. Cette politisation croissante des titres de Castille entraîna une concentration croissante de ces bénéficiaires de ces derniers à Madrid, coïncidant avec la centralisation et la construction de l’Etat espagnol moderne qui caractérise la période. Obtenir un titre n’était plus le résultat d’une cooptation au sein des élites locales entérinée par le roi, mais le produit d’une cooptation au sein des principaux réseaux de relations et de pouvoir madrilènes, capables de médiatiser la grâce royale.
Si cette politisation croissante ne semble pas avoir provoqué une perte de prestige pour les titres de Castille, il est clair que la société espagnole qui émerge d’un tiers de siècle de troubles (1808-1844) est bien plus complexe que l’antérieure, et qu’un individu pouvait appartenir aux élites de bien des façons. Le titre cessa d’être le seul marqueur d’appartenance au sommet de la société, et l’identité nobiliaire commença à se diluer au sein d’un ensemble plus vaste, celui des élites censitaires espagnoles.

Le Prix Jeunes Chercheurs Jean-Philippe Luis consiste principalement en la publication de ce manuscrit aux Presses universitaires Blaise-Pascal.

Remise officielle

La remise officielle du Prix aura lieu jeudi 23 juin de 16h à 18h, dans l’amphi 220 de la Maison des Sciences de l'Homme de Clermont-Ferrand, en présence de la Présidence de l'UCA. Le lauréat, à cette occasion, proposera une conférence sur ses travaux de recherche intitulée : « Être noble en Révolution. Espagne 1808-1854 ».